IV. Conclusion

conclusion1Ami, Amie, en conclusion comment résumer les trois… 

étapes ouvertes en ces écrits ?

Commencement, j'avais demandé à connaître un symbole parfait. 

Puissant support conducteur, c'était au temps, à ce Roi d'une Cour d'Amour 

que je l'avais demandé sachant bien que le mot roi signifie : 

Celui qui est de toute éternité.

Surprise heureuse, la réponse avait éclaté devant et en mes yeux. Elle disait : 

  • "Le symbole parfait existe et il est une irrécusable présence ! 
    Il est toute cette réalité nommée matière : la matière de tous les univers."

Et puis… seconde étape puisqu'ici, une nouvelle question a voulu naître :

  • "Pourquoi un tel symbole déposé dans une simple matière ? "

Aujourd'hui, la réponse ne peut que jaillir : C'est pour permettre d'offrir la liberté de respect.

Ici, une liberté a été offerte par une matière déposée ouverte… ouverte à toutes expérimentations.

Ici, ces expérimentations offrent l'authenticité d'une compréhension profondément personnelle.

Ici, grâce à la matière déposée, peut exister l'espace d'un chemin de conscience 

en des temps de liberté.

Ainsi… rêve ? Mais non : réalité ! puisqu'il est possible d'imaginer un futur… parfait ! 

L'adolescent comprenant et l'adulte assumant correctement ses responsabilités… 

oui, des humains auront su gérer le verbe "avoir" de la possession.

Et sera l'intégralité du verbe "être"… le bien ayant pu dépasser le mal et, en tout domaine, le bien ayant su transformer l'inconscience en conscience.

Du passé, auront été cueillies ces fleurs poussées et autant ces ronces dressées. Heurs et malheurs dans une Création en évolution, tout peut être - quand même - graine de participation.

Au jour le jour, dans cette Création, lentement, doucement, envers et en tout, advient la résolution du grand, du mystérieux paradoxe de l' Amour laissant l' Autre libre.

Envol des temps et des espaces… est présente la Forme angélique qui recueille, transforme et… redonne.

Ailes, chacun ne possède-t-il pas le côté de son destin nommé Alliance et autant son parallèle nommé Liberté : liberté d'assumer… le paradoxe d'un bonheur ?

"Déjà, les formes du PROJET - PREMIER peuvent se vivre dans la communion des cerveaux. Déjà, ces cerveaux comprennent que des alliances se vivent dans le simple fait que tout estomac prend sa force même par le don de mort d'une autre forme d'être - formes minérales, végétales, animales."

" Votre corps contient les trois degrés de la matière. "
Dialogue avec l' ange - Entretien 77

"Et puis, combien merveilleusement brille la transfiguration de l'Amoureux et de l'Amoureuse ! 
Et encore… mais il n'est pas nécessaire d'insister sur le principe Père-Mère : 
ce principe dit - physiquement - comment le bel Amour laisse l'Autre libre.
Ici et aujourd'hui, est bien vivante l'unité de toutes ces alliances de tendresses, 
si humblement petites soient-elles."

" A la place du temps et de l'espace l'Eternelle Réalité."
Dialogues avec l'ange - Entretien 74 

Encore, le troisième plan d'un raisonnement exige une précision :

  • "Pourquoi et comment ce symbole ose-t-il se dire parfait ?" 

Et voici que la grande patience d'un temps - ici appelé Roi - 

m'a chanté sa réponse dans les mots d'une personne dont j'ignore jusqu'au nom :

eclaircie

"Ma liberté est une incarnation de Dieu en moi"

Oui, il est vrai que les mots d' Alliance et de Liberté peuvent être reliés au Divin puisqu' existe - non pas une absence de liberté par le clonage d'un Esprit parfait partageant une alliance, mais sans les possibles libres des nouvelles alliances - ici et aujourd'hui existe la différence.

La différence... mais c'est la présence de la matière qui devient la différence ! C'est elle qui permet la liberté d'une évolution, évolution au niveau d'une ressemblance à construire par, en, et avec cette présence physique d'un état de matière. 

Ici, peut être la réponse à la question : " Pourquoi naître, vivre et puis mourir ? "

"Jésus, voyant des mères allaiter leur enfant, disait à ses disciples :
Ces bébés qui tètent ressemblent à ceux qui accèdent au Royaume.
Ils dirent : Ah ! Il faut téter pour accéder au Royaume ?
Qui des DEUX ne fait qu'UN accède au Royaume, dit Jésus."

Évangile de Thomas 
Libre interprétation par le Père Humbert Biondi

Suspension… oui, par la matière présente en des univers, est la suspension d'un lieu…

De toute sa puissance ce lieu offre les physiques moments…

Cette forme de liberté totalement ouverte à tant de possibles liens… 

Transfiguration d'une incarnation...

Et que dit l'interrogation de ces écrits ? 

Veut-elle exprimer que la voûte du ciel est l'universalité d'une Eglise? 

Le calice d'un Silence donné sans nom pour dire en chaque souffle son propre Nom ? 

Oui ! Oh ! oui ! Et ainsi l'exclamation de toute une Création a tellement raison de s'émerveiller!

De son bonheur expérimental des tendresses ! 

Là, grandit l'Energie de Vie du Germe reçu!

Et s'accomplit la réalité du RÊVE QUI SE VOIT!